Hélène Carrère d’Encausse

Hélène Carrère d’Encausse hérite du gêne de la nomadité à la naissance, le 6 juillet 1926. Un père géorgien, une mère russe immigrée en Italie et une passion non dissimulée pour ses origines. Une passion qui la guidera dans ses études, ses travaux d’historienne, ses essais. Sa vie.

Bien avant de prédire le déclin du bloc soviétique dans «L’Empire éclaté» en 1978, c’est son poste de responsable de la section URSS à la Sorbonne qui en fait une soviétologue de renom. En France mais aussi tout autour du monde.

Elle se consacre à l’écriture de nombreuses biographies. Catherine II, Nicolas II, Lénine et Alexandre II sont ainsi racontés par celle que l’on surnomme «soviet suprême». Cette ancienne diplômée des Sciences Politiques accumule aussi responsabilités et prérogatives politiques, qu’on lui confie avec soin. Membre de la Commission des sages pour la réforme du Code de la nationalité en 1986, conseillère auprès de la Banque européenne pour la reconstruction en 1992, élue au parlement européen en 1994.

Elue à l’Académie française en 1990. Elle en devient le secrétaire perpétuel en 1999. C’est la première fois qu’une femme accède à un tel poste. 2010 est l’année de la Russie en Farnce. En quelque sorte l’année d’Hélène Carrère d’Encausse. «La Russie entre deux mondes» fait ainsi le point sur la géopolitique du pays. Les progrès accomplis depuis vingt ans et ceux qui restent à l’être.

Nonobstant de France Inter : Invitée : Hélène Carrère d’Encausse. Avec Yves Calvi.

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Запись опубликована в рубрике Документация с метками , , . Добавьте в закладки постоянную ссылку.

Добавить комментарий

Ваш e-mail не будет опубликован. Обязательные поля помечены *