Durabilité de la révolution du pétrole de schiste : le débat continue.

bloomberg shale free cash flowLes entreprises de schiste américaines n’en ont rien à fraquer des rendements financiers, titrait au printemps The Economist. Le ton était donné. Il est vrai que globalement, depuis que cette industrie existe, elle a constamment produit des cash-flows libres négatifs, que le pétrole soit à plus de 100$ ou à 50$/b. Il n’y a rien d’alarmant à ce qu’une entreprise soit dans le négatif pendant des années, quand elle est en forte croissance et brûle le cash sans compter pour investir dans sa base productive. Ce fut le cas de nombreuses sociétés technologiques dans les années 1990. Mais une fois les bâtiments construits et les machines installées, ils servent de nombreuses années, les investissements diminuent proportionnellement au cash-flow opérationnel, et le cash-flow libre devient positif, ce qui permet de rémunérer les actionnaires.

Lire la suite.

Enquête Publique

En 2013, le parlement wallon lançait une enquête qui visait à évaluer l’influence du pic pétrolier sur l’économie, et inversement, le rôle des facteurs économiques sur l’état de la production pétrolière.

L’enquête avait également pour but d’évaluer les implications d’un pic pétrolier mondial.

Consultez le mini-site entièrement dédié à l'Enquête Publique

Agenda

Contributions