Nier l’imminence du pic pétrolier est une erreur tragique

Olivier Rech, ancien responsable du pétrole au sein de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), démonte le rapport Maugeri, selon lequel le pic pétrolier n'est qu'une chimère. Données inédites et exclusives à l'appui.

Lien vers l'article

Le Soir - 12 novembre 2012

Le prix du pétrole va continuer à augmenter. L’énergie suivra. Bruxelles en chiffre les conséquences.

Dans cet article, Le Soir parle de l'étude commandée par la région bruxelloise, étude à laquelle ASPO.be a participé.

Lien vers l'article en ligne

Nous nous dirigeons vers un monde sans pétrole - 16 avril 2011

Interview RTBF

lien web

Alors que le prix du pétrole flambe, les marchés financiers craignent qu'on soit un jour en situation de pénurie. Le secteur pétrolier compte sur de nouveaux gisements mais pour certains observateurs, nous nous dirigeons lentement mais sûrement vers un monde sans pétrole.

Si à court terme, le pétrole ne devrait pas manquer (il existe encore des gisements assez facile à exploiter, par exemple en Arabie Saoudite), on sait que cela ne va pas durer. 
 
Depuis que "l'or noir" a été découvert, on se dit qu'un jour, il n'y aura plus de réserve exploitable. Mais chaque fois, cette échéance est reculée. C'est ce qu'a encore fait le secteur pétrolier réuni récemment en sommet à Paris. 
 
Du côté des compagnies pétrolières, on explique qu'il faut gérer les réserves de pétrole connues avec prudence, mais que si l'on continue à chercher, on va trouver des solutions.
 
D'autres, plus pessimistes, ne partagent pas cet avis. Ils étudient, ce qu'on appelle, le pic pétrolier (le moment où les réserves disponibles commencent à diminuer) et selon eux, cette diminution est en cours.
 
Patrick Brocorens, responsable belge de l'Association pour l'étude du pic du pétrole et du gaz, explique : "A l'heure actuelle on voit que l'on perd environ 4% de production par an au niveau de l'ensemble des gisements de la planète. Donc, chaque année les compagnies pétrolières doivent développer de nouveaux projets, de nouveaux gisements pour compenser ce déclin de 4%. Cela veut dire que dans les 20-25 ans à venir, il faut développer, trouver l'équivalent de cinq ou six Arabie Saoudite. Ce sont des quantités énormes de pétrole qu'il faut développer. Or, on a pas ce genre de développement qui apparaît dans de telles quantités".
 
Toujours selon ce spécialiste, les nouvelles découvertes, comme par exemple les gisements très profonds, ne feront qu'atténuer ou retarder le déclin du pétrole.
 
C.B. avec J.-F. Noulet

Revue 2007

Enquête Publique

En 2013, le parlement wallon lançait une enquête qui visait à évaluer l’influence du pic pétrolier sur l’économie, et inversement, le rôle des facteurs économiques sur l’état de la production pétrolière.

L’enquête avait également pour but d’évaluer les implications d’un pic pétrolier mondial.

Consultez le mini-site entièrement dédié à l'Enquête Publique

Agenda

Contributions



rss