Pétrole : ne cédons pas à l'euphorie de la baisse des prix

Paru dans Les Echos, le 22/05 à 06:00

de Pierre-René Bauquis

Après des années à plus de 100 dollars le baril, le pétrole a perdu la moitié de sa valeur. Ce moteur essentiel de la croissance est-il vraiment surabondant ? La branche Aspo France de l'association Aspo (Association for the Study of Peak Oil and Gas) estime qu'il faut tempérer l'optimisme. La notion d'un plafonnement de la production pétrolière mondiale, un « peak oil », demeure valable.

Lire la suite