L'approche orientante

Depuis 2009, l’équipe du service de Méthodologie et Formation de l’Université de Mons, sous la direction du Professeur Marc Demeuse, accompagne des équipes pédagogiques dans la mise en place d’une approche orientante de l’école.

Débutées avec les écoles d’enseignement secondaire de la Province de Hainaut, les recherches menées ont ensuite touché d’autres pouvoirs organisateurs, tels que la Province de Brabant wallon, la Province de Liège et la Ville de Liège. L’extension des projets d’approche orientante a ainsi mené l’équipe de recherche à encadrer de plus en plus d’établissements scolaires qui, aujourd’hui, recouvrent tant l’enseignement primaire que l’enseignement secondaire, ordinaire et spécialisé.

Forts d’une expérience de près de 10 ans, les chercheurs de l’Université de Mons proposent à la fois des formations aux acteurs de terrain, du suivi et de l’encadrement de projets scolaires ou encore du développement d’outils concrets pour les classes ou pour les centres PMS. Toutes ces actions visent à faciliter l’implantation d’une école orientante dans notre enseignement belge francophone.

D’après Canzittu et Demeuse (2017, p.69), « L’approche orientante est issue du modèle québécois de l’école orientante, qui prend en compte le rôle prépondérant de l’instance scolaire dans le processus d’orientation. Ce processus a pour but de planifier avec le jeune un projet professionnel cohérent (Dubé, 2000). Partant du besoin de soutenir la réussite des élèves et de donner plus de sens aux apprentissages, l’approche orientante propose une orientation au fur et à mesure du cheminement scolaire. L’élève présente alors une attitude plus motivée car la situation d’apprentissage lui permet de voir la portée future de sa formation. »

L’approche orientante est une philosophie de travail prenant en compte l’orientation scolaire dans la vie quotidienne du jeune et impliquant l’ensemble des acteurs concernés. Elle « intègre l’orientation dans son projet éducatif et […] revoit l’ensemble de ses pratiques pour en évaluer les effets sur l’orientation des élèves et les réajuster le cas échéant » (Bégin, Bleau et Landry, 2000, p.12).

C’est une conception de l’éducation qui tente d’aider les élèves à mieux se connaître, à être davantage motivés sur le plan scolaire, à établir des liens entre leur vécu à l’école et leurs projets de carrière. Elle vise à amener les élèves à développer des projets professionnels par l’intégration de notions liées à l’orientation dans les contenus disciplinaires et les autres activités de vie scolaire et ce, grâce à la collaboration de tous les partenaires impliqués dans l’environnement éducatif (Gingras, 2007).

1. L’infusion (travail des contenus disciplinaires avec les références au monde professionnel et la connaissance de soi)
2. La collaboration (intégration dans le processus d’orientation du jeune l’ensemble des acteurs et partenaires impliqués dans l’environnement éducatif)
3. La mobilisation (intervention effective auprès du jeune et coordination de toutes les actions d’orientation et de développement)

L’approche orientante permet à l’enfant de rendre plus significatifs les apprentissages parce qu’elle met en valeur les liens qui existent, entre autres, entre la connaissance de soi, le monde scolaire et le monde du travail (Comtois, 2007).

Lien entre connaissance de soi, le monde scolaire et le monde du travail

L’approche orientante est en lien avec les textes légaux organisant notre enseignement belge francophone. En effet, elle permet aux établissements scolaires d’intégrer « l’orientation au sein même du processus éducatif, notamment en favorisant l’éveil aux professions et en informant les élèves à propos des filières de formation » (Décret « missions », article 8, 6°).

D’ailleurs, aujourd’hui, le Pacte pour un enseignement d’excellence met en avant l’approche orientante comme moyen privilégié pour construire avec les élèves leurs projets personnels et professionnels.

« Le Groupe Central s’accorde sur la définition de l’orientation et sur le fait de pérenniser l’approche éducative de l’orientation (1) ; sur le fait de généraliser cette approche en s’inspirant du modèle de l’approche orientante (2) ; d’intégrer des contenus liés à la capacité à s’orienter dans les activités scolaires (3) ; ainsi que sur le fait de développer l’accès à une information de qualité sur toutes les filières et les métiers (4). » (Pacte pour un enseignement d’excellence, Avis N°2 du Groupe central, 3 mai 2016, p. 88)

Vous pouvez parcourir ce site pour trouver des informations sur les recherches menées par l’équipe universitaire, sur les projets menés et les outils développés ainsi que sur ce qui se réalise en dehors de nos frontières en matière d’orientation.

Si vous désirez davantage d’informations, les coordonnées des personnes de contact se trouvent dans l’onglet Foire aux questions.

Références

Bégin, L., Bleau, M. et Landry, L. (2000). L’école orientante : la formation de l’identité à l’école. Québec : Éditions Logiques.
Canzittu, D. et Demeuse, M. (2017). Comment rendre une école réellement orientante ? De Boeck : Bruxelles.
Dubé, J. (2000). Prendre le virage du succès : l’école orientante : un concept en évolution, 1999-2000. Québec : Ministère de l’Éducation.
Gingras, M. (2007). « La contribution de l’approche orientante au développement des compétences (dossier Québec) », Les Cahiers pédagogiques, 449, document électronique.
Gouvernement de la Communauté française de Belgique (1997). « Décret du 24 juillet 1997 définissant les missions prioritaires de l’enseignement fondamental et de l’enseignement secondaire et organisant les structures propres à les atteindre », Moniteur belge, 23 septembre 1997.
Pacte pour un enseignement d'excellence (2016). Pacte pour un enseignement d'excellence: Avis n’°2 du Groupe Central. Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles.
Pelletier, D. (2004). L’approche orientante : la clé de la réussite scolaire et professionnelle. Sainte-Foy, QC : Septembre Éditeur.