BREVES

Nouvel article

Un nouvel article a été accepté pour publication, résultat d’une collaboration intense entre le LPSI (UMONS) et le Center for Advanced Structural Ceramics, Département des Matériaux, Imperial College de Londres. Au cours de cette recherche, nous avons développé une nouvelle méthode basée sur des mesures ATR-FTIR pour étudier l’adsorption possible de protéines sur des surfaces imitant des ossements humains. Les résultats seront publiés dans le Journal of Biomedical Materials Research: Partie A, une revue internationale avec un facteur d’impact en hausse, maintenant à 2.841

 

Arthrite, fracture de l’os, les tumeurs osseuses et d’autres maladies musculo-squelettiques affectent des millions de personnes à travers le monde. De nos jours, les céramiques inertes et bioactifs sont utilisés comme substituts osseux ou pour la régénération osseuse. Leur bioactivité est dictée par la façon dont les protéines sont adsorbées à leur surface. Dans ce travail, nous avons comparé l’adsorption de l’albumine et de fibrinogène sur les phosphates inertes et de calcium céramique (CAPS) en utilisant la transformée de Fourier de réflexion totale atténuée en spectroscopie infrarouge (ATR-FTIR) afin de suivre la protéine in situ en adsorption sur ces matériaux. A cet effet, nous avons développé une technique sol-gel pour contrôler la chimie de surface d’un detecteur. L’hydroxyapatite a adsorbé plus d’albumine et de β-tricalcium phosphate ainsi que plus de fibrinogène. Le phosphate de calcium biphasique a présenté la plus faible parmi l’adsorption CaP pour les deux protéines, ce qui illustre l’effet des hétérogénéités de surface. Les céramiques inertes adsorbées montrent un montant inférieur de deux protéines par rapport aux céramiques bioactives. Un changement significatif a été observé dans la conformation de la protéine adsorbée en fonction de la chimie de surface. L’hydroxyapatite a produit une plus grande perte de structure de l’hélice-α de l’albumine et le phosphate de calcium biphasique réduit le pourcentage des feuilles-β sur le fibrinogène. Les céramiques inertes produisent une grande perte α-hélice sur l’albumine et présentent une interaction faible avec le fibrinogène. La zircone n’a pas adsorber l’albumine et le dioxyde de titane a promu une énorme dénaturalisation du fibrinogène.

 
Merci à Marcel Boix qui a validé cette technique pionnière dans la caractérisation des biomatériaux.
 
Mots clés: protein adsorption, calcium phosphates, sol-gel, FTIR et ATR
esquema