Rencontre avec une étudiante russe en stage d’enseignement à la FTI-EII

Mariya Vahrusheva, étudiante en Master à l’Institut d’Etat de la langue russe Alexandre Pouchkine en orientation « Russe langue étrangère », effectue actuellement un stage au sein du département de russe de la FTI-EII. Lors de son passage au Centre russe, elle a accepté de répondre à quelques questions.

Centre russe : Maria, qu’est-ce qui te motive à enseigner le russe en tant que langue étrangère ?

Maria Vahrusheva : J’aime mon pays, j’aime la Russie, mais je remarque souvent que les étrangers ont une vision très différente de mon pays. Ils imaginent que la Russie est un pays froid….et c’est vrai qu’ il y fait froid (rire), mais aujourd’hui les médias racontent que la Russie est l’agresseur, qu’elle est le mal. Pourtant, il ne faut pas mettre la politique et les citoyens ordinaires dans le même panier. La Russie a une histoire et une culture très riches. Je souhaite que toute le monde sache que les Russes comptent parmi les peuples les plus aimables, les plus ouverts et les plus hospitaliers du monde. J’estime que la profession de professeur de russe en tant que langue étrangère contribue au développement des liens entre nations et au renforcement de la paix et de la tolérance et que, quand on parle aux étrangers de la Russie, on montre que ce pays est rempli de superbes personnalités et on combat ainsi les stéréotypes. Je souhaite que tout le monde comprenne qu’il faut visiter la Russie et rencontrer des Russes. Grâce à cette profession, je pense pouvoir contribuer à cet objectif.

Centre russe : Pour quelle(s) raison(s) as-tu choisi l’UMONS pour effectuer ton stage ?

MV : C’est un heureux concours de circonstances ! Je recherchais un endroit où je pourrais mettre à l’épreuve mes compétences de professeur. J’avais déjà effectué un stage dans une école primaire en Russie quand ma spécialisation était « professeur de russe, langue maternelle », mais je souhaite désormais enseigner ma langue aux étrangers. Il est important de découvrir si ce métier est vraiment fait pour moi. Je me suis donc mise à la recherche d’un stage le plus vite possible et, grâce au centre russe de Mons, j’ai appris qu’il était possible de l’effecteur à l’Université de Mons. Je ne connaissais pas la ville qui est très petite, mais je suis aujourd’hui très heureuse d’y faire mon stage.

Centre russe : Avec quels étudiants travailles-tu ?

MV : Je travaille avec les premières et deuxièmes années. J’ai déjà donné cours aux 1ères avec l’aide de leur professeur. Parfois les étudiants sont stressés et ils ne comprennent pas très bien ce que je dis. Mais Anne (Anne Godart, professeure de russe en 1ère année de bachelier) est toujours là pour intervenir et répéter en français. Je travaille également avec les 2èmes années dans le cadre de leurs cours de prononciation russe.

Centre russe : Désires-tu exercer ton métier à l’étranger ou en Russie ?

L’important pour moi n’est pas l’endroit où l’on travaille. Il est évidemment plus simple de travailler en Russie avec des étrangers, car on peut facilement leur montrer les richesses de l’histoire du pays. Mais, il est plus intéressant de travailler à l’étranger puisque l’on doit motiver l’apprenant à se rendre en Russie et à progresser dans son apprentissage de la langue. Puis, il se rendra en Russie et pourra mettre en pratique ce qu’il a appris, il se souviendra alors de nous et de nos cours. Une des difficultés de l’enseignement à l’étranger est que l’apprenant ne peut pas aller se promener et, par exemple, lire les panneaux publicitaires en russe. Mais, peut-être que, grâce à Internet, il est possible de se faire une idée de ce qu’est la vie en Russie, même à l’étranger.

 

Version originale en russe : http://hosting.umons.ac.be/php/centrerusse/ru/rossijskaya-studentka-priehala-v-mons-uchit-belgijtsev-russkomu/ 

Ce contenu a été publié dans FTI-EII. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.