Conférence : Culture russe en exil

GEORGES DE POGEDAIEFF (Yalta 1894 – Ménerbes 1971)

4kak

Le mercredi 11 mars, nous avons eu le plaisir de recevoir l’ancien professeur à la FTI-EII, traducteur, philologue mais aussi historien de l’art, Alexandre Avelitchev.

M. Avelitchev nous a présenté les résultats de ses travaux de recherche sur l’artiste-peintre russe injustement oublié, Grigori Pojidaiev.

Passionné par le théâtre, Girgori Pojidaiev était un grand scénographe. Il a travaillé pour des théâtres de renommée internationale. On lui doit des décors et costumes pour des ballets et opéras mis en scène à Moscou, à Paris, à Berlin, à Barcelone et Bucarest. 

Il a aussi coopéré étroitement avec de grands cinéastes de l’époque : Abel Gance, Carl Theodor Dreyer, ainsi qu’avec le réformateur de la scène Max Reinhardt. Ses multiples expositions personnelles à Vienne, à Berlin, à Cannes, à Paris, à Avignon et ailleurs ont marqué les différentes étapes de son parcours hors norme.

Entre-temps, il réalise des  portraits de personnalités telles qu’Ivan Bounine, le Prince Félix Youssoupoff, Igor Stravinski, Louis Jouvet et de tant d’autres.

IMG_0001

Portrait de Louis Jouvet

A un moment de sa vie, il s’est définitivement détourné du théâtre pour se consacrer à l’illustration d’œuvres littéraires, notamment d’œuvres classiques russes. C’est ainsi qu’il a produit de magnifiques desseins pour Les Âmes mortes de Gogol, La Steppe de Tchekhov ou le poème 12 de Blok.

IMG

Illustrations pour « Les Âmes mortes » de Gogol

Grigori Pojidaiev a quitté la Russie peu après la Révolution pour s’installer d’abord en Roumanie puis en France, où il signait désormais ses œuvres de Georges de Pojédaieff, nom à consonance plus française. C’est ainsi que sa trace en Russie a été perdue.

La vie et l’œuvre de Georges de Pogédaieff, dont les archives ont été dispersées après le décès de sa femme et de sa fille unique, restent encore très peu documentés et étudiés. Les récentes recherches réalisées en  France, Hollande, Grande-Bretagne,  Suisse par  Alexandre Avelitchev et Dominique Finet, son épouse, ont permis de rétablir et de reconstruire, sur base des documents découverts, plusieurs faits et événements restés jusqu’ici inconnus.

2

1

4

De gauche à droite : Anne Godart, chef du Département de russe de la FTI-EII, Alexandre Avelitchev, Olga Bainova, coordinatrice du Centre russe

Le livre (en russe) qui a vu le jour au terme des recherches est consultable au Centre russe :

IMG_0002

Ce contenu a été publié dans Accueil, Agenda, Evénements du Centre russe, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.